Séance de travail à Sebroco

Le bras de fer entre le maire d’adjamé et la SOGEPIE a failli virer à l’affrontement, le mercredi 16 Avril 2014 sur le site.

Le maire d’adjamé Sylla Youssouf qui nous a reçu à son bureau, dit qu’avec le soutien des commerçants, il s’est radicalement opposé ce 16 avril 2014, dans la mi-journée ,à une opération de fermeture des magasins du black. Initiée par la société de gestion du patrimoine immobilier de l’état (SOGEPIE) l’opération qui, au dire du maire a été encadrée par deux cargos d’agents des forces de l’ordre, n’a pu être conduite à son terme , tant la résistance a été farouche . «  Des échauffourées au black…le maire d’adjamé et de nombreux militaire s’y trouvent ! » Telle est l’information qui nous a amené a nous rendre sur les lieux aux environ de 14h .

Mais, au black market (marché noir) d’adjamé qui n’est autre que le site de l’ancienne gare de la sotra , en face de la grande mosquée, il ne se présentait  aucune situation anormale .Approchés, certains commerçants et autres vendeurs ambulants disent ne rien savoir. Idem, pour des gendarmes en patrouille motorisée et dont le véhicule se frayait un chemin. Pour toute réponse à notre préoccupation, le chef d’équipage tranche : « Nous n’avons rien appris et sommes informés de rien ».

C’est aux environs de 15h que nous parvenons à la mairie d’adjamé. « Vous arrivez tard .Nous sommes revenus  du black depuis plus d’une heure ». C’est par  ces propos que nous accueille à son bureau le maire Sylla Youssouf. Lequel confirme qu’il ya effectivement des échauffourées au black . Et il en donne les raisons : «  La sogepie qui exige que les commerçants lui versent désormais les loyers de magasins qu’ils occupent a décidé ce matin de fermer tous les magasins du black  et d’évacuer les commerçants Ce à quoi nous nous sommes vigoureusement opposés ».

Le premier magistrat de la commune d’adjamé soutient que les 334 magasins dont il est question sont la propriété de la mairie qui les a construits. Il explique par ailleurs que les textes disent que ce site qui relève du domaine public, est sous la gestion de la mairie. Sylla youssouf indique que face à la demande de la SOGEPIE, il a approché son collègue de yopougon, le maire kone kafana, pour que ce dernier serve de facilitateur entre le DG de la sogepie et lui. Mieux, il dit avoir été reçu par l’autorité de tutelle de la SOGEPIE, le ministre de la construction. Des démarches qui selon lui n’ont pas été probantes. « Pour résoudre le problème, j’ai proposé a la sogepie, 40% des loyers, ce qu’elle a refusé » indique t’il.
Très amer, Sylla Youssouf dit avoir porté plainte contre la SOGEPIE.

Diabagaté Morissiendou, directeur de la communication de la Sogepie que nous avons reçu a notre rédaction, donne une version diamétralement opposée à celle du maire. « Contrairement à la déclaration du maire Sylla Youssouf, il a été effectivement procédé à la fermeture des 334 magasins sur un site qui n’est pas celui du black market. Mais ce site tout comme celui du black sont un patrimoine non cessible de l’état. C’est pourquoi, le maire qui s’est accaparé le black  craint que l’opération du jour s’étende au black », explique t’il.

Morissiendou révèle que les magasins du marché noir ont été construits par un libanais, suite à un contrat BOT qui a expiré depuis le 31 décembre 2013. Pour lui les deux sites sont réservés à l’état. Ce qui confère à la SOGEPIE le droit de gestion. «  Voyez–vous, les commerçants profitent de la résistance du maire et depuis plusieurs mois ne versent de loyer ni à la sogepie, ni à la mairie » se révolte-t-il avant de conclure que le processus est irréversible.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *